<

Monique Voiret, les mathématiques mènent à tout à condition de n’en pas sortir...

Contrairement aux affirmations de Paul Ardenne, l’Art contemporain ne constitue pas un mouvement générateur de concepts propres à recycler son envi­ronnement qui se situerait dans l’Histoire de l’art : comme une mégalopole sans aucune racine. sans aucun lien avec l’art moderne. En effet, si l’Art contemporain fut nourri d’idées qui donnérent naissance à des oeuvres. Il s’enrichit aussi des découvertes de ses glorieux aînés (de Manet à Duchamp). : Monique Voiret adepte des mathématiques pures, maîtrisant parfaitement la photographie ne se satis­fait pas de la production de belles images. Elle veut donner toujours plus de sens à son dialogue avec le spectateur de son oeuvre et toucher sa cible en son centre. Ainsi, elle décline des imprécations où nous lisons la trace d’appels prémonitoires. Comme ses amis du groupe Art 6, Monique Voiret est une pionnière qui défriche parfois, en revendiquant la pauvreté de ses matériaux, des territoires révélés dangereux pour nos consciences frileuses.

Cette révélatrice de citoyenneté est une plasticienne, bien entendu, mais elle se comporte aussi en poète, en philosophe, en spécialiste de l’étymologie. Elle avance audacieusement les mains nues. dans un univers sournois qui ne perçoit que les scintillements de l’or et les ordres hurlés pari des brutes politiques incultes, grands neutralisateurs de pouvoirs. Mais son coeur est ardent et la véhémence de son engagement justifie la naissance d’un courant porté par une évolution globalisée, mondialisée autour du retour à une générosité salvatrice, la réconfortante émergence d’un art maximal.
Ce courant s’installe comme ie miroir d’une aspiration spiritualisée, mais aussi de nos peurs face à la réduction du territoire de nos libertés en Occident au coeur de la société des réseaux où la puissance de l’identité s’annule devant la montée des ostracismes. Demain va-t-on tuer son prochain en criant: je suis le plus démocrate d’entre vous! Comme on se giflait auparavant en hurlant: je suis plus à gauche ou plus chrétien que toi! l’art contemporain reçoit parfois de forts camouflets, comme à Villefontaine où le maire Mr Feyssaguet traita ignominieusement une oeuvre magnifique de Monique Voiret. Veillons à ce que ce genre d’exaction ne puisse plus se reproduire. L’art maximal n’est pas le berceau de la confusion qui règne sur Internet. Il est le fruit de la révolution des supports, et la réintroductlon de la perception sensible dans la création de l’oeuvre d’art. Monique Voiret l’a compris. Sa table d’orientation, sa tour codée en sont des expressions saisissantes.
Son oeuvre s’avance vers l’avenir, comme un champ de rencontres et de découvertes exemplaires, entre les êtres qui peuplent notre très petite planète.

Alain Vollerin Critique et historien d’art, Membre de l’AICA.

Copyright (c) 2008-2019 M. Voiret Tous droits réservés
Site Internet et catalogue d'images réalisés par M. Voiret
http://www.mvoiret.fr/ - email : contact@mvoiret.fr